Escale en Océanie

Lutin Bazar

Pour notre escale en Océanie, dans le cadre du projet « Tout autour de la Terre », voici ma sélection d’ouvrages.

 

Les albums

yapa-le-petit-aborigeneYapa, le petit aborigène d’Australie, Chrystel Proupuech 

Résumé : Viens vivre avec Yapa dans sa tribu. Il te parlera des peintures, des sculptures, des chants et des danses de son peuple. Mais chut ! C’est un secret !

Un très bel album aux allures de documentaire où l’on apprend tout un tas de choses sur les traditions et l’art aborigène, ainsi que quelques mots de vocabulaire. On y apprend ce que sont les « rêves » aborigènes (peintures, sculptures, chants et danses qui racontent la vie des ancêtres au moment où ils inventèrent le monde).
Les illustrations aux couleurs chaudes nous plongent dans l’univers de Yapa. Le texte est parsemé de petits dessins.
Un album à avoir absolument si on veut parler de l’Australie je pense. Et en le terminant on n’a qu’une envie : peindre comme un aborigène, donc petite(s) séance(s) d’arts visuels obligatoires !

 


le-petit-sorcier-de-la-pluieLe petit sorcier de la pluie, Carl Norac

Résumé : Dès que le petit garçon eut l’âge de marcher, il voulut aller trop vite. Il courait et tombait. Les femmes du clan répétaient : « Le fil de Kuyu-ma et de Papunya tombe toujours sans prévenir. Il est comme la pluie. Les gens-qui-chassent-dans-le-pays finirent par l’appeler l’enfant Petite Pluie. Si bien qu’un soir, même ses parents lui dirent : « Dors bien, Petite Pluie. Ne tombe pas du nuage de tes rêves. » Quand il commença à comprendre les mots, Petite Pluie fut très content de porter ce nom-là. La pluie, dans ce pays, est la bienvenue. Sans elle, rien ne pousse, rien ne vit. Or, cette année-là, la pluie ne venait pas.

On retrouve dans cette histoire l’importance de la culture des ancêtres en Australie. Les hommes font tout ce qu’ils peuvent pour faire venir la pluie : faire appel à un ancêtre faiseur-de-pluie, essayer de chasser le soleil avec des tambours, appeler les hommes-nuages… mais rien n’y fait, la pluie ne vient pas.
Petite Pluie va tenter d’autres choses qui feront de lui le petit sorcier de la pluie.

Une jolie histoire qui nous plonge bien dans l’univers aborigène.

 


la-petite-fille-qui-voulait-voir-le-desertLa petite fille qui voulait voir le désert, Anne Langlois

Résumé : Le Grand Désert s’étend derrière la colline qui se dresse à côté du village de la petite Tinnkiri. Pour dissuader les enfants de s’y aventurer, on raconte que l’ogre Pangkalangou à peau de serpent dévore les imprudents. Ni les interdictions, ni les mises en garde n’arrêtent Tinnkiri, elle part seule à la découverte de cet endroit mystérieux. Les premiers instants d’émerveillement passés, la faim tenaille la petite fille. Elle réalise qu’elle ne sait pas comment se nourrir, elle n’a pas appris à trouver de l’eau pour étancher sa soif, elle ne sait pas faire du feu pour se réchauffer. Perdue et épuisée, elle découvre la peur et finit par s’endormir. Après une longue nuit de recherche, ses parents la retrouvent. Tinnkiri promet d’apprendre des plus grands avant de retourner dans le désert.

La morale de l’histoire est assez évidente : rien ne sert d’être effrontée, mieux vaut prendre en compte les conseils des Anciens.
Un thème classique mais qui marche bien dans cette histoire. Les élèves pourront facilement s’identifier à cette petite fille, et en tirer normalement les mêmes leçons qu’elle…

 


wombatJe mange, je dors, je me gratte, je suis un wombat, Jackie French et Bruce Whatley

Résumé : Un wombat écrit son journal : drôle de vie que celle de cet animal gourmand et attachant, pataud et paresseux ! Un texte plein d’humour, magistralement croqué par Bruce Whatley. Le wombat, gros mammifère marsupial de la taille d’un ourson, est originaire d’Australie et de Tasmanie. Son nom lui a été donné par les aborigènes.

J’ADORE ! Ce livre est très amusant ! Je l’ai acheté par hasard me fiant aux commentaires, j’ai bien fait !
Un wombat écrit son journal jour après jour (un peu à la manière d’un télégramme, sans faire de phrases complètes). Le texte est rempli d’humour et on s’attache à cette bête méconnue chez nous.

Un petit extrait pour le plaisir :

« Ai rencontré créature toute plate et pleine de poils sur mon territoire. Terrible bagarre entre elle et moi. En suis sorti vainqueur. Ai réclamé une carotte. Carotte délicieuse. Soir : ai demandé d’autres carottes. Pas de réponse. Ai grignoté le bas de la porte. PAR PITIE, DONNEZ-LUI DES CAROTTES ! Ai mangé des carottes. Me suis gratté. Dodo. »

 


Escale en OcéanieVoir aussi : Le Rallye Lecture de 24 albums sur l’Asie et l’Océanie (niveau CE1).

Lutin Bazar
Lutin Bazar

1 commentaire

  1. Bonjour!
    Tout d’abord un grand MERCI pour ce travail formidable que tu partages avec nous! J’aurai un CE1 cette année et je suis vraiment emballée par tout ce que tu proposes, ça donne presque envie de reprendre le travail 😉
    J’ai une question concernant la lecture.
    J’ai vu que sur ton emploi du temps, tu distinguais la lecture/compréhension de la littérature.
    Littérature = lecture suivie? lecture/compréhension = lecture fonctionnelle?
    Combien de fois par semaine donnes-tu de la lecture aux élèves le soir à la maison?
    J’avoue ne pas encore bien savoir comment m’organiser!…
    Merci d’avance pour ta réponse!

Laisser un commentaire