Des feutres solubles pour supports plastifiés

Lutin Bazar

feutres solublesCela fait maintenant plusieurs années que j’utilise des affichages plastifiés sur lesquels il faut écrire, notamment pour les rituels.
Jusqu’à présent j’utilisais des feutres effaçables à sec, qu’on utilise pour le tableau ou dont mes élèves disposent pour leurs ardoises.
Et cela fait maintenant plusieurs années que j’enrage en voyant l’état de mes affichages au bout de quelques semaines…
Cette année je me suis décidée à utiliser les fameux feutres solubles dont j’entends parler ici et là sur différents blogs.

De quels feutres s’agit-il ?

feutre stabilo soluble ohpenJ’ai opté pour les feutres non permanents OHPen universal F (pointe 0,7 mm) de la marque Stabilo. Il s’agit en réalité de feutres pour transparents de rétroprojecteurs. D’autres marques proposent des feutres du même type mais ne les ayant pas testés, je ne m’aventurerai pas à vous les conseiller.

Attention, les feutres non permanents sont de couleur grise alors que les feutres permanents de la même marque sont de couleur noire. L’erreur pourrait être fatale (pour vos affichages) ! ^^

Pourquoi ce choix ?

Ces feutres solubles à l’eau sont parfaits pour une utilisation sur les supports plastifiés.

  • En séchant, l’encre est fixée sur la feuille. Cela permet d’empiler des fiches sur lesquels on a écrit sans que l’encre ne s’efface au passage ou bave d’une fiche à l’autre. Je pense par exemple aux fiches de rallye lecture qu’on ne corrigerait pas immédiatement.
  • Un spray d’eau suffit à effacer l’encre (même lorsqu’elle est sèche) sans qu’il ne reste aucune trace sur la fiche.
  • La pointe fine permet d’écrire normalement sur des lignages de taille standard. Vous aurez vite fait la comparaison avec les feutres d’ardoise dont la mine s’écrase avec le temps, ne permettant pas d’écrire convenablement sur des lignes.

Le point négatif de ces feutres reste leur prix. Au-delà du côté pratique de leur utilisation au quotidien, l’investissement est toutefois rentable car ils ont une bonne durée de vie.

Le point positif qui découle de tout ça c’est que vos affichages auront aussi une bonne durée de vie ! Un peu (beaucoup) maniaque que je suis, je refaisais chaque année (voire en cours d’année) mes affichages afin qu’ils soient propres. Terminée la corvée 🙂 les affichages restent impeccables ! Et par la même occasion, cela engendre moins de frais d’impression-plastification et surtout un gain de temps (c’est une obsession chez moi).

Mon utilisation en classe

feutres solubles pour les affichagesJ’utilise ces feutres pour écrire sur tous mes affichages plastifiés. Et principalement sur ceux des rituels : météo, chaque jour compte

Mes élèves quant à eux s’en servent pour compléter quotidiennement leur fiche du rituel « Chaque jour compte » (il est !) et s’en serviront tout au long de l’année sur d’autres supports comme les fiches de rallye lecture.

On peut faire le choix de disposer d’un lot de feutres en fond de classe. Pour ma part j’ai fourni 1 feutre à chaque élève, qu’il conserve toujours dans sa trousse.

Pour pouvoir effacer l’encre, j’ai acheté des petits vaporisateurs. Vous pourrez en trouver facilement sur Internet. Pour vous donner une idée, j’ai acheté un lot de 10 sur eb*y pour environ 5€ et j’en suis très contente (même si le délai de livraison était assez long).

1 ou 2 sprays d’eau suffisent, à appliquer directement sur la fiche ou bien sur le chiffon pour l’humidifier.

Dans ma classe, les tables sont disposées en 6 ilots (de 4 à 6 élèves) ; j’ai prévu 1 vaporisateur par ilot. En début de journée, le responsable d’ilot (qui change chaque semaine) va chercher le vaporisateur de sa table, puis le rapporte à la fin du rituel.
vaporisateur feutre soluble rituelIls sont donc tous conservés au même endroit, dans une boite (voir photo à droite). De cette manière le responsable de la propreté peut vérifier leur contenu tous les jours et remplir ceux qui sont vides lorsque c’est nécessaire.
J’ai collé des gommettes de couleur sur les vaporisateurs car chaque ilot a choisi une couleur (oui, oui, comme à la maternelle, mais c’est bien pratique au quotidien lorsque je veux désigner tous les élèves d’une même tablée d’un coup ^^) ; les bouchons des vaporisateurs étant transparents, la gommette collée dessus permet de les retrouver plus facilement lorsqu’ils tombent par terre (c’est-à-dire très souvent !), mais on peut aussi supprimer les bouchons (mais moi j’aime bien faire compliqué quand on peut faire simple).

J’ai également un feutre et un vaporisateur supplémentaires près du coin des rituels afin que les responsables des rituels puissent écrire sur les affichages.

 

Info Sur facebook, Vero m’informe que l’encre rouge semble être plus récalcitrante que les autres couleurs. La solution est alors un petit spray d’alcool ou de lave-vitres et le support est « comme neuf » ! Pour ma part ce n’est pas une couleur que je propose à mes élèves donc je suis sauvée ^^

 

Et voilà… je crois que j’ai tout dit 😉

Lutin Bazar
Lutin Bazar

29 Commentaires

  1. Ah, ben voilà l’article qu’il me fallait lire ! même problème d’utilisation… Je file voir ces feutres. Et les petits sprays, tu les trouve où ? majuscule peut-être ?

  2. Elven Kat Reply to Elven

    Je les utilise depuis plusieurs années maintenant et c’est vraiment très pratique! Les fiches tiennent plus longtemps, un gain de temps non négligeable !

  3. Moi j’adore je les utilise depuis 2 ans.

  4. J’utilise ça également, j’écoute encore le stock de feutres pour rétroprojecteur des collègues !

    Pour le rouge, il marque fort, mais c’est assez courant pour cette couleur (en craie, en velleda, en pinard …).

  5. Tip top!!! Merci pour ces astuces!!

  6. Je les utilise et j’adore ! Par contre, ta petite fiche a l’air parfaite ! Mais impossible de la trouver sur ton blog..

  7. Bonjour,

    Autre petite astuce que je viens de découvrir sur un site par hasard mais je ne sais plus lequel…
    Moi aussi j’utilisais les feutres de tableaux blancs pour mes affichages (température, date, calendrier du mois etc…) Et bien croyez-moi ou pas, pour effacer, il suffit simplement d’utiliser une simple gomme. Alors, elle est un peu sale après, mais ça marche. Je vous avoue quand j’ai lu ça cet été à la maison, je n’y croyais pas du tout. De retour dans ma classe, j’ai tout de suite testé sur mes affichages que j’avais frotté avec produit, sans produit, avec sopalin, avec éponge,… et là, MIRACLE !!! Et juste avec une gomme. Ne me demandez pas pourquoi, mais ça marche super bien.

  8. isabelle bohin-ballero Reply to isabelle

    trooooooooooop bien je désespérais de la mocheté de mes affichages à remplir tous les jours à cause des traces que laissaient les feutres d’ardoise… il nous reste de quoi faire un peu de commande, je consulte le catalogue dès demain matin !!
    merci beaucoup de partager tes trouvailles
    et au passage, je file charger ton calendrier pour afficher sur le réfrigérateur que mon mari n’oublie pas notre fille ou mes réunions 😉

  9. On peut trouver ces feutres Stabilo chez Lidl pour moins cher que ça, il suffit de surveiller et de faire le ravitaillement.

  10. Maikresse Val Reply to Maikresse

    J’utilise les mêmes feutres depuis quelques temps et en effet c’est vraiment mieux que ceux pour les ardoises !

  11. Ton article tombe à pic ! Je cherchais un moyen d’écrire de façon plus précise qu’avec un feutre d’ardoise ou un crayon aquarellable 😉 Merci !

  12. Bonjour,
    Pour enlever les traces récalcitrantes aussi Bien Avec les feutres velleda qu’avec ces feutres-là, j’utilise l’éponge blanche magique de Mr Propre ! Je ne la mouille même pas et c’est nickel !!! les affichages sont en place Depuis plusieurs années sans avoir besoin de les refaire !

  13. Super l’idée du vaporisateur…avec une éponge c’était souvent catastrophique !!

  14. Bonjour,
    J’utilise ces feutres aussi depuis 2 ans et effectivement c’est très pratique pour les rallyes lecture.
    Pour effacer, j’utilise un morceau de serviette de toilette humidifié (et oui, comme je n’aime pas jeter je recycle les vieilles serviettes en les découpant en petits carrés). Le carré de serviette peut être utilisé plusieurs fois.

  15. Je ne sais pas si ca pourra être utile, mais j ai obtenu une recette miracle pour effacer les traces de feutres effaçables (recette d un fournisseur de tableau blanc): une cuillère de savon noir mou dans 500 ml d eau… ca ne coûte rien, ca n est pas toxique et ça marche très bien dans un petit vapo

  16. Miss Varicelle Reply to Miss

    utilisés l’an dernier mais vite arrété car les tables étaient de la couleur des feutres, les gamins en avait plein les mains et en fait la pointe fine griffe les fiches plastifiées donc ineffaçable au bout de 5 ou 6 gamins!! Je précise que je suis en ULIS et que les gamins sont assez maladroits mais retour au crayon noir effaçable…

  17. Nettoyage avec éponge magique Mr Prop## , nickel!!!!!

  18. Bonsoir, Merci, j’en cherchais justement ! en lot d’une même couleur !!!! prochain achat pour le mois d’octobre !

  19. Bonsoir!
    Rien à voir avec le schmilblick mais comme un « bizarre » sur le coeur à déposer ce soir sur un blog dont je reconnais la qualité pédagogique – parmi quelques autres. Je ne suis pas venue débattre, cela sera ma seule et unique intervention.
    Je suis de cette génération de profs qui a accueilli avec enthousiasme l’arrivée d’internet dans notre métier! J’y ai découvert des profs passionnés qui proposent un travail de qualité, j’y ai trouvé une source d’inspiration, d’idées innovantes… Je m’y suis aussi perdue dans cette masse sans cesse grandissante de blogs de profs en besoin de reconnaissance, à finir par croire que bien préparer sa classe, c’était faire de belles affiches ou préparer de jolies fiches comme celles qu’on voit sur le net. (même si j’adore les jolies fiches!)
    Et puis j’ai pas mal bougé. Et partout maintenant, du cartable de mes enfants à celui des enfants des copines, dans les villes, dans les campagnes, dans les REP ou les écoles cossues de centre ville, je vois partout les mêmes fiches directement imprimées des blogs phares de la profession… Diversité d’écoles, d’élèves, de milieux mais même travail – de qualité peut-être, mais pré-formaté partout. Alors je sais, on me dira qu’on ne se contente pas d’imprimer, qu’on se réapproprie le travail, qu’on l’adapte etc… Et on me le dira avec bonne foi. Mais ce que je vois moi, ça ne ressemble pas tellement à de la réappropriation et une rapide discussion avec les enfants me montre le peu de bénéfices de ces travaux « parachutés » auprès des élèves. Alors y a vraiment que moi pour avoir comme un malaise face à cette nouvelle pédagogie Google-imprimante?

    • Bonsoir
      C’est un sujet intéressant. Il soulève chez moi de nombreuses interrogations également, suite à diverses discussions que j’ai pu avoir avec des enseignants/conseillers pédagogiques/maitres formateurs. L’adaptation de mes ressources (je parle pour moi mais la réponse pourrait s’étendre aux blogueurs en général) me parait être primordiale. Je ne répète que trop souvent que je crée et conçois mes séances et mes docs pour MA classe, selon les profils de MES élèves, que ce qui fonctionne chez moi n’est donné qu’à titre n’exemple et ne saurait fonctionner de la même manière ailleurs… je tiens bon face aux demandes incessantes de modifiables en me disant que zut, adapter à sa classe c’est le boulot de chacun, que s’inspirer de mon travail (voire le prendre tel quel de temps en temps) c’est une chose, mais que l’effort à fournir pour créer SES docs pour SA classe est juste INDISPENSABLE. Je partage certes, je fais gagner du temps aux autres certes, mais il y a des limites… c’est le temps passé sur un projet, un document, une fiche de prep qui permet de s’approprier VRAIMENT la chose. Ce temps que je passe à préparer ma classe, je le mets à profit pour faire évoluer ma pédagogique, et je trouve ça essentiel.
      Je culpabilise parfois d’encourager la consommation de ressources, sachant que la réflexion pédagogique à mener en parallèle de leur utilisation n’est pas toujours faite. Je culpabilise aussi de ne pas parvenir à toujours détailler le comment-du-pourquoi j’ai créé telle ou telle ressource pour répondre à tel ou tel besoin dans tel ou tel contexte… Je manque parfois de clarté dans mes explications car elles sont très personnelles, et puis aussi je manque de temps… bah oui.
      Partager est un plaisir : le plaisir de rendre service, le plaisir d’avoir un retour critique sur ce qu’on fait, le plaisir d’échanger et de collaborer sur certains projets… mais partager devient parfois une contrainte quand on a l’impression d’être une banque de données à imprimer, quand on reçoit 10 fois par jour des messages qui en demande plus, toujours plus vite, toujours plus facile, toujours plus… consommable.
      Je suppose que dans un premier temps nous pallions le manque de formation certain des jeunes enseignants, qui pourtant démarrent (pour ceux qui ont de la chance) avec un master de l’enseignement en poche mais se trouvent démunis face à une classe. Je déplore l’image que sans doute je véhicule involontairement et qui laisse penser que c’est un métier facile et que l’esthétique des docs doit primer sur le fond. Je me suis remise en question, j’ai pris de la distance. Et je me dis que, zut ! Je bosse beaucoup, je réfléchis beaucoup, j’expérimente et tente de nouvelles choses tout le temps, je change mes pratiques, je les fais évoluer… je suis en constante réflexion pour faire au mieux ce métier que j’aime tant. Et j’ai décidé que je n’étais pas responsable de cette consommation excessive. Que si les collègues n’ont pas envie ou pas le temps – ou que sais-je – de faire eux-mêmes, c’est qu’ils ont leurs raisons… et que je n’en suis pas responsable. A part fermer mon blog, je ne vois pas vraiment comment encourager les gens à penser leur pratique et leurs objectifs avant de chercher du tout-fait (et malheureusement souvent la démarche est inverse).
      Au final je suis d’accord avec le fond de ta pensée, mais je ne suis pas persuadée que le changement soit si énorme depuis la création des blogs enseignants… Avant, les enseignants qui n’avaient pas envie de concevoir prenaient dans les manuels des choses toutes faites, est-ce que ça change beaucoup ? Bonne question.
      En attendant, je n’ai pas la solution, à part déplorer que l’enseignement devienne, au même titre que la société en général, un espace de consommation non raisonnée. :-/

  20. Coucou Petit Lutin ! Ma collègue aussi utilisait ces feutres l’an dernier sur feuilles plastifiées ET même sur des feuilles simplement glissées dans des pochettes plastiques pour classeur 😉 Ça fonctionne tout aussi bien et précisément grâce au stylo et sa pointe fine. 🙂

Laisser un commentaire