Difficultés scolaires ou troubles dys ?

Lutin Bazar

Difficultés scolaires ou troubles dys ?Aujourd’hui, j’ai testé pour vous :
Difficultés scolaires ou troubles dys ?, aux éditions Retz.
Auteurs : Dr Alain Pouhet (docteur en médecine et formateur en neuropsychologie infantile) et Michèle Cerisier-Pouhet (ergothérapeute et psychologue spécialisée en neuropsychologie)

Pourquoi ce choix ?

Tous les ans, nous sommes confrontés à des élèves à besoins particuliers. Nous les observons, nous adaptons nos méthodes et nos outils pour répondre au mieux aux besoins de chacun. Nous cherchons des solutions, nous farfouillons ci et là pour trouver des réponses… Nous sommes souvent à l’origine de démarches entreprises par les familles pour accompagner ces élèves en difficulté.

Face à cela, je ressens depuis longtemps le besoin d’approfondir mes connaissances sur ces fameuses « dys » que nous suspectons souvent, parfois à tort. Pouvoir répondre à des questions simples qu’on se pose tous : Comment identifier les enfants dys- ? Comment les différencier des autres enfants en difficulté scolaire ? Qu’est-ce qui se passe dans leur tête ? Comment les aider ?
Le résumé de cet ouvrage m’a tout simplement donné envie de l’ouvrir et de m’y plonger. Non sans une certaine appréhension puisque les ouvrages sur le sujet sont bien souvent indigestes et laissent parfois une impression de « OK… mais concrètement, on fait quoi ?! ».

Présentation de l’ouvrage :

Relayée par une importante médiatisation, la connaissance par le grand public de l’existence de pathologies dites «dys» s’est faite d’une manière extrêmement rapide ces 10 dernières années. Or :

  • tout élève en situation de difficulté ou d’échec scolaire n’est pas forcément «dys» ;
  • A contrario, beaucoup de ceux qui satisfont aux critères de «dys» ne sont pas toujours reconnus comme tels et donc aidés efficacement.

Comprendre les défaillances cognitives, les défauts du traitement des informations par le cerveau, savoir repérer a minima le mécanisme expliquant un ou des troubles persistants des apprentissages permet de se poser les bonnes questions au bon moment et d’adapter sa pédagogie : À qui référer cet élève ? Quelle aide ciblée lui apporter ? Jusqu’à quand ? etc.

Cet ouvrage vise à donner aux enseignants des repères clairs pour identifier ces enfants « dys » sans qu’il soit question pour eux de se substituer aux professionnels qui les prennent en charge. Parce que les pathologies «dys» réclament plus que de la simple bonne volonté ou la mise en œuvre de «recettes» particulières, le but est d’arriver à un partage d’informations utiles entre spécialistes de la pédagogie et spécialistes des troubles du développement cognitif, en étroite collaboration avec les familles.

Composition de l’ouvrage :

L’ouvrage est découpé en 5 parties :

  • Difficultés scolaires ou troubles dys-

Les auteurs commencent par définir les trois types d’élèves en situation d’échec scolaire. Ils posent ainsi la base : parmi l’ensemble des élèves en difficulté ou échec scolaire, seule une partie peuvent être qualifiés de dys-. Il s’agit de ceux qui souffrent de troubles des apprentissages sous-tendus par un ou plusieurs troubles cognitifs spécifiques.

Ce chapitre bref donne des pistes pour savoir sur quoi se baser pour suspecter puis affirmer un dys- ; il explique les circonstances d’apparition des dys- sans oublier de préciser qu’il n’est à l’heure actuelle pas encore possible d’établir clairement ce qui se passe au niveau cérébral lorsque se manifestent ces dys-. Partant de ce postulat, il est mis en avant le fait que maitriser des notions de base sur les différentes fonctions cognitives permet de mieux comprendre ces élèves dys-. La suite de l’ouvrage prend donc cette direction.

  • Fonctions cognitives et conséquences dans les apprentissage en cas de déficit

Cette 2ème partie explicite de manière à la fois courte et très compréhensible (si, si !) ce qui est requis pour aborder une tâche scolaire :
Décoder des informations ; Raisonner sur les données décodées ; Programmer une réponse ; Gérer les tâches ; Mobiliser son attention ; Travailler en temps réel ; Utiliser sa mémoire ; Maitriser les habiletés en langage oral ; Construire une cognition spatiale ; Développer des compétences sociales.

Vaste programme, n’est-ce pas ?!
Pour chacune de ces fonctions cognitives, les auteurs commencent par donner des explications puis mettent en avant les conséquences sur les apprentissages en cas de déficit. Systématiquement, les informations sont confrontées à la problématique « dys- » de manière à nous faire comprendre quelles fonctions cognitives peuvent être (ou non) touchées en cas de pathologie dys-. On comprend tout de suite beaucoup mieux pourquoi on parle de « réseaux fonctionnels », un trouble cognitif spécifique pouvant découler d’un autre ou en engendrer un autre…

  • Fonctions cognitives et mise en oeuvre en classe

Une fois plus au clair avec les fonctions cognitives, on est prêt à aborder la 3ème partie de l’ouvrage : les fonctions cognitives mises en oeuvre dans le cadre des apprentissages scolaires.

Les auteurs expliquent ce qui se passe au niveau cognitif face à une tâche de dénomination, une tâche de lecture et une tâche numérique.
Cela pour nous amener à comprendre (et on comprend !) POURQUOI certains élèves aux capacités intellectuelles satisfaisantes, se retrouvent en situation d’échec face à des tâches qui paraissent si anodines (mais qui sont loin de l’être !).

Le chapitre se termine sur la notion de hiérarchie entre les différentes fonctions cognitives, un déficit de certaines fonctions entrainant des difficultés transversales dans tous les apprentissages, alors que d’autres n’entrainent que des difficultés localisées qui peuvent être contournées.

  • Aider les élèves dys-

Quand on arrive à ce chapitre, on se sent déjà plus armé. On comprend mieux ce qui se passe au niveau cérébral, et on n’a plus qu’une envie : savoir comment aider ces élèves !

Le chapitre aborde d’abord quelques prérequis importants : la double tâche, les progrès constatés (qui ne doivent pas être le seul point d’appui), le principe de compensation et enfin, la nécessité du partage d’informations entre les personnes chargées de l’accompagnement de l’enfant (parents, enseignant, AVS, MDPH…).

Une fois ces prérequis posés, nous entrons dans le vif du sujet : Comment aider ces enfants dys- ?
Tout d’abord, une définition des différents types d’aides possibles (rééducation, remédiation, réadaptation, compensation)…
Puis des questions à se poser, dont les réponses permettent de mesurer les situations de handicap, dans les différents domaines (l’expression orale et écrite, la lecture, la numération, la résolution de problèmes, etc.) afin d’y répondre de manière adaptée. Pour chaque question, l’ouvrage fournit des pistes et des outils d’adaptation pédagogique concrets, utilisables en classe. Bien évidemment nous en connaissons déjà certains de part nos expériences professionnelles, mais ils sont ici clairement répertoriés et classés.
Les auteurs ont également consacré toute une partie aux questions pour penser les aides et favoriser les apprentissages en cas de troubles aux conséquences transversales (troubles attentionnels, de la mémoire…).

  • Analyser une situation

Nous arrivons à la dernière partie de l’ouvrage…
Sous forme de tableau, on peut y consulter le calendrier habituel du développement des fonctions cognitives chez l’enfant de l’âge « préscolaire > 18 mois » à « la fin du cycle 3 et après… »

L’intérêt de ce tableau est qu’il indique pour chaque item ce qu’il faut faire en cas de trouve sévère et persistant.

Voilà… j’ai fini ! Je me rends compte que j’ai été un peu bavarde !

Vous pouvez consulter la fiche produit de l’ouvrage sur le site des éditions Retz. Vous y trouverez un extrait pour vous faire un bonne idée de son contenu et sa présentation ; vous pouvez également en consulter le sommaire.


Mon avis sur l’ouvrage :

Ce que j’ai aimé :

  • La présentation de l’ouvrage : un plan très structuré et bien pensé, de la couleur, un ensemble aéré… ça donne envie de le lire, tout simplement !
  • L’apport d’information : c’est simplement expliqué tout en étant complet, c’est efficace, sans bla-bla inutile, on va droit au but… On COMPREND et on apprend !
  • Les schémas particulièrement parlants et bien pensés.
  • Les liens avec l’école : oui cet ouvrage s’adresse bien aux enseignants, et pas seulement aux spécialistes des dys- !
  • Le côté « guide » : les questions à se poser, le calendrier, les pistes et outils proposés… ça conforte, rassure, fait évoluer, ouvre à de nouvelles choses…

En bref, non je ne suis pas devenue incollable sur les dys-, il y a tant à savoir… mais oui, je me sens mieux armée pour comprendre ce qui se passe dans la tête de mes élèves. Mes connaissances sur le sujet sont enrichies par cette lecture et je n’ai qu’une envie maintenant : continuer à creuser avec d’autres lectures.
Pas de bla-bla inutile pour moi non plus, donc : GROS COUP DE COEUR POUR CET OUVRAGE !

 


*Ouvrage reçu gratuitement dans le cadre d’un partenariat avec les éditions Retz qui consiste à chroniquer si je le souhaite et comme je le souhaite des ouvrages que je choisis. Outre l’exemplaire offert, les éditions Retz ne me versent aucune rémunération. Je ne suis donc pas une vilaine-grosse-méchante corrompue par l’appât du gain. L’avis émis sur chaque ouvrage n’engage que moi et n’est pas soumis à validation par mon partenaire.*

Lutin Bazar
Lutin Bazar

21 Commentaires

  1. Merci pour cette référence. Effectivement, ce livre a l’air très intéressant !

  2. POUKI 26 Reply to POUKI

    Bonjour,

    Merci pour ce partage. J’ai également tant de questions à ce sujet. A rajouter à mes lectures de vacances car en période scolaire, je n’ai pas le temps de lire…
    Merci

  3. Ton résumé donne envie de lire cet ouvrage !!! Merci pour le partage !

  4. Merci beaucoup pour ce résumé qui donne bien envie de lire ce livre. Une petite question.
    Ce livre est il aussi accessible et utile pour les parents. Peut il nous aider à accompagner nos enfants ?

    • Oui tout à fait. Il y a des mises en relation avec ce qui se passe en classe, mais les parents sont tout aussi concernés. Les réponses apportées et les explications sur les fonctions cognitives sont intéressantes et à la portée de tous.

  5. Bonjour Lutin …

    Merci pour cet article 🙂 …

    Des pistes aussi sur le site du Docteur Pouhet :
    https://sites.google.com/site/dralainpouhet/

    @t

    alain

  6. Bonjour,
    Je suis enseignante spécialisée, et donc très concernée par le problème des « dys ». Merci pour ces références, je vais vite me procurer cet ouvrage. Je me pose bien sûr très souvent la question quand j’évalue un enfant : « dys » ou pas « dys »? Car si tous les enfants qu’on suppose « dys » le sont vraiment, alors ils sont en surnombre. Donc je pense qu’au nom de l’accessibilité pédagogique, lorsque le diagnostic n’est pas posé, ça vaut le coup d’essayer des aménagements qui conviennent à tous, et les enfants en difficulté savent très bien choisir entre plusieurs propositions, celle qui les aide le mieux. . Je me permets de vous conseiller un autre ouvrage que je trouve formidable (toute la collection en fait), « Génération Dyslecteurs » (Erasme, fondation dyslexie). C’est un trésor qui vulgarise le sujet, puisqu’il s’adresse aux parents, enseignants, mais aussi professionnels, et expose les points de vue, démarches (y compris administratives), et des pistes, du côté français, belge et québécois. Il propose entre autres des témoignages de parents, enfants dys et professionnels,(avec parfois beaucoup d’humour) et aussi cerise sur le gâteau des exemples de personnes célèbres dys (Luc Besson, Bill Gates, Tom Cruise….). Personnellement, quand un coup de blues pointe le bout de son nez, je prends souvent l’exemple de Mika, ça parle bien aux enfants… Bref, par dessus tout, il permet de dédramatiser le sujet.

  7. Bonjour Lutin

    J’ai sauté sur ce livre il y a un mois. Enseignante en CP j’ai souvent été désarmée face à toutes ces difficultés que nos élèves rencontrent malgré leurs efforts et les notre pour les aider. J’ai eu la chance de travailler pendant 1 an avec la reférente dys du 92 (une instit pour un département, il n’y a pas un problème quelque part dans notre institution ?) qui m’a fait une formation accélérée (j’ai de la chance !), mais une petite piqure de rappel, cela fait du bien.
    J’ai en plus mon p’tit bout qui est dys (dyslexie et dyspraxie) et je dois adapter quotidiennement ses cours pour le soulager un peu.
    Je trouve ce livre très bien fait, rassurant aussi. Et même si l’on sait que cela va être dur et long c’est un ouvrage très optimiste.

    Merci pour toutes ces ressources que tu nous présente. Une bonne année 2016, petit Lutiin (je suis encore dans les temps !)

  8. Et si on respectait les « dys » (qui soit dit en passant sont maintenant plus nombreux que les « adaptés ») en individualisant, en aménageant, en prenant son temps, en laissant le temps, en tournant le dos au fondamentalisme évaluatif (cf le film Demain dont la partie éducation fait rêver)…

    • Je crois que nous n’avons pas le choix, et on tend de plus en plus à individualiser l’apprentissage pour l’adapter au rythme de chacun. Se détacher des attentes institutionnelles est difficile, mais concilier ce cadre et le projet de chacun l’est encore plus…

  9. Merci beaucoup pour ce partage. Etant donné ce qui se profile en CLIS/ULIS école, j’ai commandé ton livre.
    J’espère qu’il m’aidera à aider mes collègues !

  10. Merci pour votre partage ! Le Dr POUHET est une des références dans le milieu des Dys tant pour les professionnels que les familles. N’hésitez pas non plus à prendre contact avec les associations de familles et d’amis de personnes Dys ! Les bénévoles investis sont de véritables ressources dans la comprehension des retentissement et les propositions d’adaptations 😉

  11. Bonjour,
    Merci pour l’article qui donne envie d’acheter le livre !
    Serait-il possible de savoir s’il y a des choses concrètes sur la dysgraphie car le sommaire à feuilleter en ligne laisse penser qu’il n’y a pas grand chose sur le sujet. Je suis concernée par cette problématique en particulier je voudrais savoir si ça vaut le coup de le prêter à la maîtresse de mon fils…
    Merci !

  12. Article lu et ouvrage acheté!
    Merci pour le partage…
    Bon dimanche

  13. Alice P. Reply to Alice

    Un immense merci pour ces conseils de lecture fort intéressants !
    Ton blog est réellement une mine d’or, je suis toujours épatée 🙂
    Bonnes vacances !

Laisser un commentaire