Bilan : une année avec Taoki

Lutin Bazar

BilantaokiJ’ai reçu ces derniers temps plusieurs mails me demandant comment j’avais trouvé la méthode de lecture Taoki.
J’ai répondu aux premières demandes mais je pense qu’un petit article sera plus efficace !

Le temps est venu pour les PE nouvellement nommés au CP, ou bien pour ceux désireux de changer, de faire un choix.
Choisir la bonne méthode c’est un casse-tête !! Je sais de quoi je parle, j’ai mis des semaines à me décider l’année dernière et harcelé certaines collègues et cyber-collègues qui se reconnaitront ! Elles m’ont bien aidée, voici donc venu mon tour de vous livrer mon bilan sur cette première année avec Taoki…

Taoki, c’est une avant tout une méthode syllabique. Seuls quelques mots outils (un ou deux par leçon) sont vus de manière globale en début d’année pour permettre l’articulation des textes, mais même ces mots outils deviennent rapidement déchiffrables.

 

Les Alphas en 7 jours pour commencer l’année

Il faut savoir que pour commencer l’année j’ai utilisé les Alphas sur une quinzaine de jour, en mode express quoi !
Juste une introduction des personnages, avec une première approche ludique de la fusion phonémique.
Mes élèves ont adoré rencontrer ces petits personnages amusants et ont de suite fait le lien avec les lettres de l’alphabet et leur chant.
Je n’ai rien publié pour cette première quinzaine de l’année car j’ai utilisé le travail de Sanleane. Vous trouverez d’ailleurs ma version de sa progression, ainsi que toutes les fiches qu’elle a conçues sur son blog : ici.

Voici le matériel des Alphas que j’ai acheté (je vous mets les dernières versions, à croire qu’ils rééditent tout chaque année !) et qui sont indispensables pour le début d’année :

Le livre du conte

Il contient le conte permettant de rencontrer les alphas, ainsi que le CD et le dessin animé (en tout cas dans l’ancienne édition).
Le format est correct pour une utilisation en classe (je regroupe mes élèves au coin BCD).
Il existe en format A3 mais il faut compter presque 50€ dans ce cas…

Les deux histoires complémentaires : « Sauve qui peut » et « A la poursuite des alphas »

Ces histoires permettent de comprendre la transformation des alphas (le passage du personnage à la lettre).

Et voici les 2 articles que j’ai pris en plus, pas indispensables mais bien utiles :

Bilantaoki2
Les posters de référence

Ils permettent l’introduction des sons complexes à partir d’une petite histoire. Ce sont les histoires qui sont dans mes fiches de sons.
Elles sont livrées sous forme de livret illustré avec les posters.
 

Bilantaoki3
Les figurines des alphas

Ce sont les personnages sous forme de figurines en caoutchouc qui permettent d’illustrer le conte. Si le budget vient à manquer, on peut très bien les imprimer sous forme de cartes.

Il y a encore tout plein de trésors en vente autour des Alphas, mais je me suis arrêtée là la 1ère année…

boitedesalphas9Edit 08/2014 J’ai fini par investir dans les ardoises magnétiques. Plus de détails du le pourquoi du comment ici.

J’ai également le grand poster d’écriture. S’il n’est pas vraiment conforme à la méthode d’écriture que j’enseigne il présente l’avantage d’être hyper visuel (fond noir) et de regrouper toutes les graphies dans l’ordre alphabétique avec les personnages des alphas. C’est un très grand poster plastifié, sur « réglette », on peut le rouler facilement sans l’abimer. Il est d’ailleurs livré dans un tube en carton.

 


Taoki et Borel-Maisonny

Dès la 3ème semaine nous avons commencé à avancer dans le manuel Taoki, à raison d’une leçon sur 2 jours, soit 2 sons par semaine.
J’ai tenu le rythme toute l’année et aurai terminé le manuel la semaine prochaine, donc avant la fin de l’année.
Pour chaque son j’ai introduit le geste Borel-Maisonny. Combiner les 3 méthodes Taoki/Alphas/BM a permis de donner des repères à tous mes élèves qui ont chacun trouvé leur compte (certains se référaient spontanément aux Alphas, d’autres à BM, d’autres à rien…).

J’ai acheté le manuel BM mais ce n’est pas utile finalement, les images suffisent. Il m’a simplement servi d’inspiration pour concevoir quelques phrases dans mes fiches de sons, mais je n’ai pas rentabilisé l’investissement donc je déconseille si vous souhaitez simplement utiliser la méthode couplée avec Taoki.

Cette méthode étant très syllabique, le principe est que les élèves lisent uniquement ce qu’ils peuvent lire. Les textes sont donc intégralement déchiffrables. Au début on se dit que les textes ne sont pas passionnants, effectivement. Mais ils deviennent vite plus riches et les personnages ont accroché l’attention de mes élèves qui ont eu plaisir à les retrouver au fil de l’année.

Concernant le graphisme je n’ai pas utilisé le fichier Taoki car j’ai préféré suivre la méthode Dumont.
Le fichier Taoki présente l’intérêt de suivre la progression des graphèmes étudiés. A vous de voir quelle est votre priorité…

Ce que j’ai particulièrement apprécié dans la méthode Taoki :
  • les thèmes proches du vécu des élèves,
  • les voyages de Taoki et ses amis qui permettent de faire des liens avec la DDM (voyage à New-York, en Afrique…),
  • le vocabulaire rencontré tout au long de l’année qui a permis d’enrichir considérablement celui de mes élèves (avec notamment l’utilisation du petit dictionnaire).

 


Le manuel « Taoki et compagnie »

Les leçons se présentent toujours de la même manière :

  • A droite : une illustration à observer / commenter et en-dessous un petit exercice de repérage du son à partir d’images.
  • A gauche : le contenu à lire (syllabes, mots, texte) et les mots outils. Les lettres muettes sont grisées.

Je fonctionne ainsi :

  • Le 1er jour découverte du son à partir de l’illustration et lecture des syllabes, mots, phrases + observation de l’affiche et introduction du geste Borel-Maisonny + exercices du fichier associés + distribution de la fiche de son à lire le soir à la maison (collée dans le cahier de sons) ;
  • Le 2nd jour lecture du texte + exercices du fichier associés + texte à relire le soir à la maison.
    Le manuel suit donc mes élèves à la maison un jour sur deux.

Le manuel amène les principales notions d’EDL qui sont ensuite reprises dans les exercices des fichiers, mais ça reste léger. Ca me convient bien car ils verront tout ça de manière approfondie au CE1, mais si vous cherchez de vraies leçons de grammaire il vous faudra compléter. Personnellement je fais régulièrement des piqures de rappel sur les notions principales, lors des lectures et des activités de production écrite et je trouve ça suffisant.

 


Le guide du maitre

Il est très bien fait et rassurant quand on débute en CP. J’avoue m’en être vite détachée car il est très dense. En double niveau, impossible pour moi de tout faire. Mais c’est une bonne base. Chaque leçon est découpée en 2 parties : « jour 1 » et « jour 2 ».

Info Sachez qu’il est téléchargeable gratuitement sur le site d’Istra, je ne l’ai donc pas acheté.

 


Les fichiers

Le manuel est accompagné de deux fichiers qui couvrent l’ensemble de l’année. Globalement je suis contente de ces fichiers car les exercices sont intéressants, bien présentés. Les illustrations en couleur rendent le tout plus attrayant que des photocopies.
Les exercices, même s’ils se répètent comme dans tous les fichiers CP, sont assez variés. Une importance particulière est accordée aux consignes qui sont illustrées dans le 1er fichier, et comportent jusqu’à la fin de l’année des mots clés mis en évidence (en gras et en couleur).
Le 2nd fichier est particulièrement dense. Impossible à mon avis de tout faire ; mais l’avantage c’est qu’il permet de différencier en dosant le nombre d’exercices selon les capacités de chacun.
Le point négatif selon moi, c’est que dans les fichiers les lettres muettes ne sont pas grisées comme dans le livre, et ça peut poser problème aux élèves les moins à l’aise. J’ai fait part de cette remarque à Istra, mais n’ai pas de réponse pour le moment. Autre remarque : dès le début de l’année les phrases à remettre en ordre sont écrites en cursive ce qui peut poser problème à certains élèves. Il faut donc penser à prévoir des jeux d’étiquettes en script… rien de bien méchant.
Malgré cela je reprendrai les fichiers l’année prochaine.

 


Le manuel numérique

Istra propose 2 versions de manuels numériques (normal ou enrichi). J’ai acheté le manuel enrichi (avec des activités, des petits jeux en plus) mais je ne m’en suis pas beaucoup servi. Je ne dirais pas que c’est un achat inutile, mais je n’ai pas réussi à tout faire par manque de temps. On verra l’année prochaine… car c’est un outil intéressant et interactif.
L’achat du manuel numérique permet de ne pas acheter les posters car on peut projeter les images au tableau, ni le CD car les textes à écouter sont enregistrés dans la version numérique.
Ceci dit, il est tout à fait possible de ne travailler qu’avec le manuel car les élèves ont l’illustration devant les yeux et ça marche bien comme ça aussi, sans poster ni projection.

 


La place de la production d’écrit dans Taoki

Tout au long de l’année mes élèves ont produit de l’écrit grâce à la méthode ce que j’ai apprécié. Principalement rédiger des réponses à des questions et décrire des images.
A partir de février j’ai pratiqué une production écrite systématique deux fois par semaine à chaque nouveau son : pendant 10/15 minutes mes élèves décrivent l’image sur leur ardoise. Nous avons beaucoup travaillé cela, notamment à partir de mon affiche « Décrire une image ». Je ne corrige pas toujours ces productions individuellement, mais nous faisons à partir des différentes phrases conçues un petit texte au tableau avec encodage de certains mots sur l’ardoise etc, pour arriver à une courte production commune. Chronophage, oui,  mais efficace. Les élèves les plus à l’aise (ceux qui sont capables de se corriger à partir des conseils que je leur donne durant la séance d’écriture), recopient ensuite leur texte au propre dans le cahier du jour. Pour le 3ème trimestre j’ai axé le travail sur l’enrichissement des phrases à partir de mon autre affiche « J’enrichis ma phrase ». Les progrès de mes élèves sont impressionnants et rapides, et les garder l’année suivante au CE1 me permet de voir que cette pratique donne de très bons résultats !
Le 2nd fichier contient plusieurs pages de production d’écrit sur les différents types d’écrits (la liste, la recette, le récit…) mais elles viennent tard dans l’année, sur les dernières leçons, une fois que les élèves maitrisent tous les sons ou presque.

 


Taoki, ça suffit ?

Personnellement je pense que se contenter de Taoki serait dommage. C’est une méthode complète, intéressante, attrayante. Mais une ouverture à la littérature est indispensable. Le côté hyper syllabique permet de me garder deux plages horaires par semaine pour travailler sur des albums. Selon les albums et le moment de l’année, je retravaille le texte de l’album pour qu’il soit entièrement déchiffrable (plus de détails, ici). Mais cette manière de fonctionner permet de différencier le côté apprentissage de la lecture avec la méthode, et le côté enrichissement du lexique et de la compréhension à partir d’albums.
Je me retrouve dans ce fonctionnement et nous avons en moyenne lu 2 albums par période en plus de la méthode.

J’ai également utilisé les textes de La bibliothèque de Taoki en fin d’année pour voir différents types de textes. Ce fichier est sympa mais pas indispensable car ce sont des textes sans lien avec les histoires de Taoki.

Il y a également des extraits de littérature à la fin du manuel de Taoki. Personnellement je ne les ai pas utilisés car j’avais d’autres projets littéraires en cours, mais pourquoi pas…

 

 


Taoki, tu continues ?

Un grand oui ! Je recommencerai avec Taoki, sans réticence !!

Voilà, j’espère que vous aurez trouvé des réponses à vos questions dans ce petit bilan… si vous en avez d’autres je complèterai !

Lutin Bazar
Lutin Bazar

34 Commentaires

  1. Bonjour,
    félicitations pour ce blog, c’est une mine!
    Après douze ans de maternelle pure et dure je me retrouve avec une maternelle cp à la rentrée. Dans l’école nous avons la méthode « Que d’histoires » très globale au début et intensive au niveau du rythme! Je me demande si Taoki ne serait pas une bonne solution. Mes craintes sont axées sur le « tout syllabique ». Les lectures ne sont-elles pas un peu fades au début de l’année ? Cela fait longtemps que je n’ai pas eu de CP et j’ai du mal à faire mon choix. Aurais-tu quelques conseils à me donner?
    Merci d’avance !!

    • Effectivement les lectures ne sont pas très riches au début mais ça vient vite. J’avoue que je préfère privilégier la lecture pure, et voir mes élèves vraiment lire ce qu’ils voient et pas deviner… et puis pour l’ouverture, je fais beaucoup de littérature à côté. Donc je m’y retrouve très bien 🙂

  2. Merci pour tout ce travail partagé ! quelle mine d’or ce site ! Il m’avait été conseillé par une instit de CE1/CE2 quand j’avais encore des maternelles, je l’avais mis dans mes favoris, et je suis allée direct dessus mi juillet quand j’ai appris que j’allais avoir un CP/CE1/CE2 à la rentrée ! Je n’aurai que 3CP à la rentrée, l’ancienne maitresse utilisais gafi mais j’ai pensé investir dans taoki pour ces 3 élèves, penses tu que c’est bien pour 3 ?

  3. Bonjour,
    Merci énormément pour tous ces fichiers qui vont m’aider à encadrer correctement les élèves suivant mes postes, suppléantes pour le moment.

  4. bonjour et merci pour ton merveilleux site que je suis régulièrement avec beaucoup de plaisir.
    J’ai une petite question a propos de l’utilisation des alphas en début d’année. te sers tu des alphas qu’a ce moment la ou tout au long de l’année ? peut on commencer l’année directement avec Taoki qui sera ma nouvelle méthode pour l’an prochain ?
    BRAVO encore pour tout ce que tu nous proposes.

  5. Un énorme bravo et un énorme merci pour tous ces partages !

  6. Merci beaucoup pour cet article riche, clair et qui permet de comprendre comment tu utilises cette méthode. Je dois l’utiliser à la rentrée pour la première fois car il est dans l’école. ça me rassure. Bonnes vacances.

  7. Bonsoir,
    J’utilise les alphas purs depuis 5 ans. Comme avec toute méthode, je pense, il y’a du positif, mais aussi du négatif! j’en ai parlé à l’inspecteur qui m’a conseillé que d’histoires.je viens de recevoir la nouvelle édition mais je trouve cette methode assez globale et sans exercices pour le tbi, grosse déception…
    Conseillez vous toujours taoki?

    • Entre Que d’histoires et Taoki il y a un gouffre… je suis vraiment à l’aise avec cette méthode syllabique, et je constate les progrès de mes élèves au jour le jour donc oui, je la conseille. Mais je pense qu’il faut avant tout être à l’aise avec la méthode qu’on utilise. J’ai eu la chance de la choisir, et surtout la chance d’être bien avec et de ne pas m’être trompée. Mais c’est très personnel et je ne dirai jamais « c’est cette méthode qu’il faut utiliser » car tous les choix sont justifiables à partir du moment où on est persuadé de faire le bon pour ses élèves…

  8. Bonsoir. Petite question concernant la manuel numérique enrichi que je souhaite acheter. Est-il possible d’imprimer à partir du manuel numérique? Cela m’éviterait d’acheter les livres car je ne les trouve pas suffisamment résistants. Merci pour le travail et le partage.

    • C’est une très bonne question… je ne sais plus. J’ai eu un souci avec la version numérique car istra a changé quelque chose concernant le logiciel de lecture et je n’ai pas réussi à le réinstaller. Et comme je n’ai que 6 CP cette année, je ne l’utilise pas et je t’avoue que j’ai oublié de m’occuper de ce petit souci.
      Ca m’étonnerait que ce soit possible ceci dit… tu peux toujours poser la question à istra directement.

  9. Bonjour,
    Je viens de lire les commentaires au sujet de la méthode Taoki. Je suis brigade et je l’ai consultée dans la classe d’une collègue de CP. Je la trouve très bien. Cependant je me demande si 2 jours sur un son n’ai pas un peu juste. J’ai eu un CP auparavant et j’utilisais la méthode de Sami et Julie et je restais une semaine sur un son. Qu’en penses-tu?

    • En fait ce n’est pas 2 jours sur un son, mais 2 jours sur une graphie ! Donc ça change tout. Ainsi pour le son (o) par exemple, on passe 2 jours sur la graphie « o » en début d’année, puis encore 2 jours sur la graphie « au » plus tard dans l’année et encore 2 jours sur la graphie « eau ». Donc c’est plutôt pas mal au contraire.
      J’apprécie justement le fait d’introduire les graphies une à une et de revenir plusieurs fois sur le même son au cours de l’année en abordant ses différentes graphies.
      Au final on voit tout et de manière progressive, tout en pouvant terminer 3 à 4 semaines avant la fin de l’année, ce qui laisse du temps pour d’autres choses en fin de parcours.

  10. Laurence DOUILLOT-RIBELLES Reply to Laurence

    Bonjour, et tout d’abord je tiens à te féliciter pour le travail accompli dans le cadre de notre métier chronophage. Je veux ensuite te remercier pour le partage de toutes tes belles idées, c’est exceptionnel et très généreux. Bravo!
    J’enseigne depuis 35 ans. A la rentrée, je prends la direction de mon école et je renoue avec le CP, après avoir passé un grand nombre d’années au CM1 ou au CM2.
    J’ai farfouillé dans tous tes articles pendant près d’un mois, en lisant avec la plus grande attention tes explications, mais également le commentaire de toutes celles et ceux qui ont pris le temps de t’écrire. J’étais à la recherche d’une méthode syllabique car vraiment, je n’en peux plus de tous ces enfants qu’on dit lecteurs et qui passent leur temps à deviner ce qu’ils lisent (« Eeeeuuuhhhh… papillon? papillote? papyrus? papier?????)
    Tu m’as convaincue: à la rentrée, je me lance dans la méthode Taoki.
    Adieu global, semi-global et autres merveilleuses méthodes révolutionnaires. Je veux revenir à l’essentiel. Même rouillée, je me sens d’attaque pour apprendre à des enfants à lire convenablement. J’aurai sans doute l’occasion de revenir vers toi pour te dire comment cela va se passer.
    Pour l’heure, il semble qu’obtenir le matériel soit la première difficulté : notre librairie de Nice répond que la méthode est ancienne (Gag! 2010, c’est super-méga vieux!), et que donc les posters, le CD, le guide pédagogique n’existent plus… Sans doute une blague!!!
    Je vais donc chercher les posters et le CD sur internet (j’ai bien réussi à télécharger le guide péda, merci d’ailleurs du tuyau!), si quelqu’un a une idée ou un filon pour l’achat du reste, je prends!
    Peut-être tout simplement sur le site de l’éditeur directement?

    Sache bien que l’aventure Taoki va commencer dans une petite école de Nice, et ce, grâce à toi!
    J’ai déjà acheté les petits dragons vert et rouge (rouge pour le cousin anglais de Taoki, j’adore l’idée!), il n’y a plus qu’à.
    A bientôt!
    lolitadesbois

    • Je n’ai pas acheté les poster etc, car j’ai investi dans le manuel numérique que j’ai utilisé 1 an et puis en fait avec le double niveau c’était compliqué de projeter car impossible pour les CE1 de rester concentrés. Et puis j’ai peu de CP. Donc au final nous travaillons sur les manuels uniquement et ça se passe très bien. Donc d’après moi pas forcément utile de dépenser une fortune en matériel… le manuel et les fichiers d’exercices c’est déjà bien. Sinon il te reste la possibilité de scanner les images pour les projeter ou les imprimer… mais je ne pourrais pas t’en dire plus désolée !

  11. Bonjour Lutin Bazar,
    Finalement, chez Istra, le matériel est disponible (bonjour le libraire qui nous a répondu que la méthode est trop ancienne…). C’était une fausse alerte. J’ai pu acheter les posters et le CD. J’avais bien pensé commander également le manuel numérique, mais comme l’informatique et moi, ça fait 2, j’ai eu peur que ce soit un achat inutile.
    Je vais pouvoir continuer à fureter dans tes articles, tous + intéressants les uns que les autres.
    Je vais me pencher notamment sur le jeu du « cheese », et de la fabrication de la pâte à maïs (porcelaine froide), comme quoi on en apprend tous les jours : je ne connaissais absolument pas cette technique!
    Encore merci pour tout ce que tu partages!
    Lolitadesbois

  12. Sophie :-) Reply to Sophie

    Bonjour Lutin Bazar!
    Tous vos partages sont source de motivation!!
    L’année prochaine je me retrouve en CP/CE1 dans une école avec des élèves en grande difficulté (notamment au niveau du vocabulaire, et de la langue française en général).
    J’ai déjà travaillé avec la méthode Un monde à lire CP (qui a toujours bien fonctionné) mais j’ai peur que cette dernière soit trop difficile pour mes futurs élèves! (Pas mal de global au début pour ma part…).
    Je souhaitais me lancer avec Taoki car je ne vois que de bons retours sur cette méthode, mais je me demandais, après feuilletage du manuel, si les textes proposés étaient adaptés niveau vocabulaire pour des élèves qui en possèdent vraiment peu… Beaucoup de vocabulaire nouveau peut être justement un atout… ou pas..! Je n’ai pas lu de retours sur la mise en place de cette méthode en REP.
    Voilà c’était mon angoisse du jour car je dois désormais me décider 😉 😉
    Toujours peur de se tromper..!

    Merci pour vos conseils et ce sublime blog!
    A bientôt!

    • Bonjour Sophie,
      Je ne peux pas comparer avec Un monde à lire puisque je ne l’ai jamais utilisé…
      Il est clair que dans Taoki il y a BEAUCOUP de vocabulaire. Ca me paraissait être un atout jusque là mais je dois bien avouer que cette année il a fallu sortir les rames de côté-là, bien plus que les précédentes… tout dépend donc vraiment des élèves. Je n’enseigne pas en REP mais je constate tout de même que le vocabulaire acquis avant l’entrée en CP est plutôt pauvre dans l’ensemble (en tout cas de plus en plus au fil des ans…). Non pas que les élèves ne connaissent aucun mot, mais ils ont (je trouve) de plus en plus de mal à faire des liens, des hypothèses sur le sens, etc. Ils se contentent bien souvent de définir un mot par un autre qui « lui ressemble » ou qui « finit pareil ».
      Je ne sais que te dire… il me semble que cet apport de lexique peut être un réel atout et une source de réflexion quotidienne mais peut tout aussi bien être un frein car s’il faut expliquer tous les mots à chaque séance, l’apport en vocabulaire se fera au détriment d’autre chose, comme la phonologie… alors à toi de voir selon ton profil d’élèves, ce qui est jouable ou non, ce qui est prioritaire.
      Cependant, est-ce que Un monde à lire est vraiment plus édulcoré côté lexique ? Car au-delà ce cela, je peux t’affirmer que l’entrée par l’image et l’intérêt des histoires proposées dans Taoki sont ses gros points forts (elles deviennent vite intéressantes, sont variées et permettent des liens avec les autres disciplines). On peut évidemment y ajouter le côté syllabique qui me correspond beaucoup mieux que la semi-globale (ça c’est perso) et qui garantit de très bons résultats (ça c’est du vécu).
      Mais le débat réel n’était pas il me semble entre syllabique et globale… je m’égare ^^

  13. Sophie :-) Reply to Sophie

    Merci beaucoup Lutin pour ta réponse!

    Tu confirmes ce que je pensais par rapport au vocabulaire, et comme tu dis, il faudra jongler entre l’apport en vocabulaire et la phono… L’entrée par l’image semble un appui et un point fort, comme tu le précises aussi. Bon, je suis une fan absolue des Alphas que j’utilise depuis plusieurs années en maternelle, je pense donc commencer par ça pour aider les élèves au maximum!
    Dans Un monde à lire, le vocabulaire me semble tout de même un peu plus léger que dans Taoki, mais l’approche avec beaucoup de mots dès le départ en globale (même si je n’ai jamais eu un enfant en échec) m’a refroidie pour ce nouveau public en difficulté que je vais avoir… Une approche syllabique me semblait bien plus appropriée ! Et puis c’est vrai que Taoki est un personnage qui semble réellement attachant pour les enfants..! Je mise aussi beaucoup là dessus!

    Voilà, je te remercie encore pour tes conseils et tes partages, je ne manquerai pas de te faire un bilan l’an prochain!

    A bientôt

  14. Bonjour et merci pour ce travail de folie que tu réalises ! Je me demande quand tu dors. ; ) une petite question : j’ai 7 cp à la rentrée avec des gs et ce pour la 1ère fois de ma carrière. J’ai regardé bcp de comparatif de méthodes de lecture. .. dur de tout comprendre. Bref ma question conseilles tu cette méthode (toaki) pour des élèves qui ont déjà compris le principe syllabique et qui lisent déjà des mots ou syllabes simples en gs ? J’ai peur qu’ils s’ennuient mais en même temps je ne veux pas perdre les autres qui seraient moins avancés ! Autre question connais tu la méthode rue des contes et bien lire et aimer lire de bordel maissony ? Merci d’avance pour ta réponse : )

    • C’est une question difficile mais même si le principe de la combinatoire est compris en GS, la syllabique ne me parait pas ennuyeuse. Elle présente l’avantage de vraiment lire, sans deviner les mots. Et s’ils ont les premiers sons ils seront mis en confiance. Taoki c’est quand même 2 graphies par semaine donc le rythme est soutenu, et les fichiers sont assez riches donc présentent l’intérêt de pouvoir différencier. De plus, une grande partie des exercices concerne la compréhension et la rédaction, et ce assez rapidement, donc ce n’est pas une méthode pauvre et ennuyeuse…
      Rue des contes est réputée, je suppose qu’elle est bien mais je ne connais pas. J’ai eu les CP 4 ans et je n’ai jamais regretté mon choix de prendre une méthode syllabique.
      Quant à Bien lire et aimer lire, je connais bien sûr mais je ne pourrais pas l’utiliser. Ca pour le coup, je trouve que c’est ennuyeux… je reprends les gestes, mais le contenu du bouquin en soi n’est pas palpitant… pas d’histoires suivies, pas de lien… ça fait très « méthode à l’ancienne » (ceci dit j’ai appris avec la méthode Boscher quand j’étais gamine et j’en garde un excellent souvenir ^^ mais c’était une autre époque).

  15. Bonjour,
    Déjà merci pour tes partages, puis comme l’occasion se présente : bonnes vacances !!
    Enfin juste une question : tu utilises encore Taoki l’an prochain ?

  16. Melanie BOUJU Reply to Melanie

    Bonjour et merci pour la richesse de ces partages.

    Lire tous ces articles me donne vraiment envie de me lancer dans Taoki !!! Je suis enseignante au cp depuis 10 ans et je travaillais avec Grand Large. J’ai adoré cette méthode pour le côté œuvre intégrale mais les textes demandent une lecture globale en début d’année et elle est très compliquéepour certains. J’ai vraiment envie de revenir à du syllabique et je pense que Taoki le permet.

    Par contre, je me pose la question des nouveaux programmes. Êtes vous au courant d’une édition 2016 ?

    Merci par avance et bonnes vacances qui s’annoncent !!!

    • Bonjour Mélanie, j’ai acheté dernièrement la méthode complète de Taoki (en mai), séduite par Lutin Bazar qui en fait une présentation attirante, et par d’autres blogueuses qui l’utilisent également.
      La méthode n’a pas été réactualisée pour 2016, mais elle n’est pas si vieille que ça, elle date de 2010…. et entre nous, pour apprendre à lire à des enfants, la syllabique n’a pas attendu les nouveaux programmes pour faire ses preuves!!!
      Cela fait bien longtemps que je n’ai pas eu de CP, mais grâce à toutes ces collègues qui mettent à notre disposition leur travail, je suis entièrement rassurée… et quasi prête pour septembre.
      Je suis convaincue qu’avec Taoki, l’apprentissage de la lecture va être grandement simplifié.
      Dans notre école, les enfants apprenaient jusqu’ici avec « Mika », méthode semi-globale. Arrachage de cheveux pour tous: la maîtresse, les parents et… les enfants.
      Je viendrai dire ici quels résultats j’aurai obtenus avec Taoki.

  17. Cher petit lutin!!!
    Mille merci pour ce site qui est une mine d’or pour la débutante en GS/CP que je suis!
    et en route pour Taoki!

  18. pourquoi ne pas utiliser les alphas toute l’année. La méthode me parait bien.
    Merci pour ce travail

    • Parce que je n’accroche pas particulièrement avec les textes… mais c’est très perso.

      • Laurence Douillot Reply to Laurence

        Bonsoir, comme promis un peu plus au dessus, je reviens après 8 mois d’utilisation, faire un petit bilan de la méthode Taoki que j’ai utilisée cette année pour la première fois : c’est une réussite totale. Les 31 élèves de la classe savent lire, et pour une bonne partie d’entre eux, depuis le premier trimestre. J’étais emballée avant même de commencer, je le suis encore plus maintenant que l’année touche à sa fin. Les enfants ont adoré les personnages, les parents ont adhéré à cette méthode simple. Tout ce que j’ai mis en place en parallèle a très bien fonctionné : le journal de Taoki (la marionnette est partie chaque mardi et chaque vendredi chez un élève différent), le petit dictionnaire (du boulot, toutes ces petites étiquettes, mais une fois que les enfants ont pris le pli, c’est devenu un outil de travail indispensable), les fiches de lecture pour le lundi et le jeudi, le dragon du comportement (bien utile dans cette classe aux nombreux enfants!). Tous les jeux, toutes les fiches mises à notre disposition par Lutin bazar m’ont énormément servi, pour la moitié de la classe qui était rapide et avait besoin de travail supplémentaire.
        Je peux affirmer que sans l’ombre d’un doute, la méthode Taoki associée à tout ce que Lutin Bazar a mis à notre disposition sur son site, a grandement simplifié mon travail cette année, moi qui, en plus de changer complètement de niveau (j’avais des CM1 et CM2 depuis des années), prenais en charge la direction de mon école…!
        Par contre, je n’ai pas du tout employé les Alphas ni les gestes Borel-Maisonny. Nous nous en sommes très bien sortis sans tous ces « artifices ». Le guide du maître se suffit à lui-même, il est d’une richesse remarquable : impossible de tout faire, même avec la meilleure volonté du monde!
        Je suis juste un peu dégoûtée, la méthode a été réactualisée pour la rentrée 2017. En ce qui me concerne, mes livres sont neufs, je ne les changerai pas, pas encore, je pense qu’il sera possible d’acheter les fichiers de la méthode de 2010, sur quelques années à venir. A voir.
        Donc, si certain(e)s veulent acheter la méthode, il faudra prendre celle de 2017. Lutin Bazar aura du travail de réactualisation à envisager sur certains de ses fichiers, pour que ça colle toujours!
        Voilà, j’espère que ma petite expérience sera utile et permettra aux lecteurs et lectrices de se décider. Je profite de cette bafouille pour remercier encore Lutin Bazar pour toute cette aide qu’elle m’a fournie.
        Bravo pour son investissement et son altruisme!

        • Merci pour ce retour Laurence, d’avoir pris le temps 🙂 C’est très intéressant de te lire.
          Personnellement je trouve que la gestuelle Borel est un super appui pour certains élèves, selon leur profil d’apprentissage. Mais je sais qu’elle n’est pas si répandue dans les classes.
          J’ai reçu la nouvelle édition, il faut que je fasse un petit retour dessus. Mais comme je n’ai plus de CP, je doute d’avoir le temps d’actualiser mes fiches pour coller parfaitement. Je ne pense pas que la prog change du tout au tout… mais je regarderai ça.
          Et puis nouvelle version ne signifie pas que l’ancienne n’est plus valable, en lecture CP, les programmes ne changent pas 😉
          A bientôt

  19. Après des années en cycle 3, je vais avoir un cp. C’est l’inconnu pour moi et je panique déjà. Mais après avoir lu tes articles, je me sens soulagée… merci pour le partage de ton expérience et tes ressources si précieuses. Je vois mieux comment m’organiser et suis confiante sur le choix de la méthode. Grâce à toi, je me sens moins « stressée », vive le cyberpartage par des collègues hors normes comme toi. Il n’y a pas de mot pour exprimer ma gratitude et celle de tous les collègues que tu aides d’une manière insoupçonnée !!!!

    • Ca va te changer 🙂 J’étais stressée aussi quand j’ai récupéré le CP à l’époque, surtout en cours double. Et puis finalement, une fois la méthode choisie, ça roule tout seul. C’est une classe extra, on voit les progrès au jour le jour !
      Je vois que tu as un blog aussi, tu sais donc tout ce que je partage apporte au quotidien 😉
      Bonne fin d’année !

Laisser un commentaire